Pourquoi la France ne peut compter que sur ses exportations pour s’en sortir…

« L’export apparaît comme le seul véritable salut, entre une demande intérieure atone et un investissement en repli », explique une étude d’Euler Hermes.

Les exportations devraient augmenter de 1,3% en 2014 et être « le seul véritable salut » de l’économie française, dont l’activité ne devrait croître que de 0,6%, affirme Euler Hermes dans une étude publiée mercredi 22 janvier.

Malgré tous les efforts des institutionnels ( Ubifrance et CCIFE) le déficit commercial devrait se stabiliser à 64 milliards d’euros cette année avant d’être réduit à 62 milliards en 2015, selon l’étude qui prévoit en 2015 une hausse de 2,2% des exportations et une croissance du produit intérieur brut de 1,2% l’an prochain.

Le déficit des 12 mois achevés fin octobre a atteint 60,6 milliards d’euros, selon les derniers chiffres des Douanes.

L’investissement, le chaînon manquant d’une reprise

« L’export apparaît comme le seul véritable salut, entre une demande intérieure atone et un investissement en repli », commentent les auteurs de l’étude.

La demande mondiale adressée à la France augmenterait de 19 milliards d’euros, soit une hausse de 3,9% par rapport à 2013, dont 8 milliards pour la seule zone euro (+4%). « 19 milliards c’est vraiment ce qui est faisable, c’est un chiffre réaliste », a déclaré le directeur des études économiques du groupe Euler Hermes, en présentant l’étude lors d’une conférence de presse . Et il espère pouvoir « aller au-delà ».

« Aujourd’hui, une entreprise va investir seulement si elle voit un marché », a-t-il ajouté en rappelant qu’une enquête auprès de 1.000 entreprises fin 2013 avait montré que moins d’une sur cinq avait l’intention d’investir davantage en 2014. « C’est vraiment l’investissement qui est le chaînon manquant d’une reprise plus franche en France », et les entreprises vont devoir « chercher des relais pour leurs ventes et ces relais sont assez mécaniquement l’export ».

Parmi 18 pays qui connaîtront une nette augmentation de leurs importations entre 2012 et 2015, la Turquie est dans les 10 premiers confirme Euler Hermes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *